top of page

Aimez ce que vous Lisez ?

Si nos histoires vous ont touché, n'hésitez pas à les aimer et à les partager. Chaque partage nous aide à faire grandir notre univers !

Le Seuil de l'Inconnu - P.2

Hors série - Partie 2

Planète : Inconnue
Date : 2201
 

Lorsqu’ils traversent le trou noir, une peur viscérale règne dans l’atmosphère du vaisseau, suivi d’un silence. Puis, d’un coup violent, une onde de choc traverse l’Erkunden, faisant trembler chaque boulon et chaque panneau. L’équipage est jeté contre les parois, de droite à gauche, les assommant tous. Quand ils reprennent connaissance, ils se trouvent dans un autre système stellaire. Les écrans clignotent, la communication avec la base est perdue, et Sia-6336 est hors circuit.

- Nous sommes seuls, vraiment seuls maintenant, murmure Morgan, les yeux fixés sur l’écran noir de la console.

Estelle, qui à rétabli partiellement les systèmes de navigation, pointe vers l’écran principal.

- Regardez, une nouvelle planète !

Dereck se tourne vers ses compagnons et déclare,

- Nouveau monde, nouvelles règles. Cette fois, nous sommes prêts. Préparez-vous pour l'atterrissage. Qui sait ce qui nous attend là-bas ?


L'équipage se met au travail pour rétablir les communications et réactiver Sia. Après quelques ajustements, Estelle réussit à redémarrer l'intelligence artificielle.

- Je détecte une augmentation du stress parmi l'équipage. Je recommande une pause pour la relaxation mentale, dit Sia-6336, analysant les données en temps réel.

- Plus tard, Sia. Pour l'instant, concentrons-nous sur cette nouvelle planète, répond Dereck.


Le vaisseau Erkunden descend lentement vers la surface de la planète. À travers les hublots, des traînées de nuages se dispersent, révélant un paysage étonnamment similaire à celui de la première planète, mais sans les créatures terrifiantes. Des forêts luxuriantes, des lacs d'un bleu pur et des montagnes majestueuses s'étendent à perte de vue. L'équipage, les sens en alerte mais optimistes, descend de l’engin.


Dereck reste stoïque, scrutant l'horizon avec méfiance, tandis qu'Estelle laisse échapper un soupir de soulagement, ses yeux brillant d'émerveillement devant la beauté inattendue de la planète. Ils s'assoient, tous les trois, pour analyser les données de la planète afin de vérifier sa viabilité.

l'équipage d'Erkuden

Peu de temps après leur arrivée, des silhouettes émergent des bois. Ils sont accueillis amicalement par un groupe de différentes créatures, certaines sont inconnues et d’autres semblent sortir tout droit des contes et des légendes.

À leur grande surprise, ces résidents, vêtus de tenues de survie et d’armes primitives, parlent un dialecte étrangement similaire à l'anglais.

- Je suis Kyael, déclare le leader du groupe, de petite taille mais à la carrure robuste. Bienvenue sur la deuxième planète. Vous avez, vous aussi, été aspirés par un trou noir ?

- Comment savez-vous cela ? demande Morgan, timidement.

- J’ai atterri sur une planète similaire à celle-ci, il y a plusieurs années. Alors que je l'explorais, marchant dans une plaine, un mini trou noir est apparu de nulle part, m’éjectant dans ce monde.


Alors qu’ils échangeaient davantage d’informations, le ciel commença à s’assombrir d’une teinte sinistre. Le soleil disparut derrière des nuages de gaz toxique, accompagné d’un sourd grondement. Des gouttes corrosives commençaient à siffler en touchant le sol, annonçant l'arrivée d’une pluie d’acide.

Les survivants, habitués à ces signes avant-coureurs, se mettent immédiatement en mouvement vers des rescacirs, des arbres résistants à l’acide, tandis que l'équipage, figé par l'incompréhension, est secoué par l'urgence dans la voix de Kyael.

- À l'abri ! Vite ! Dépêchez-vous !


Une fois à l’abri, le leader du groupe révéla à l’équipage de l’Erkunden la vérité terrifiante de ce monde : ces deux planètes sont en réalité une seule et même entité. La première sert de filtre, semblable à une bouche qui trie les bons nutriments des mauvais, ceux qui sont consistant et en pleine forme. Tandis que ce monde est la dernière étape, l’estomac, où la sélection devient survie, et la survie, une lutte constante contre une digestion inéluctable.

N’ayant pas le temps de digérer cette révélation et Kyael coupé dans son explication, des vibrations commencent à se faire ressentir, parcourant tout leur corps…

- Oh non ! C’est là où j’allais en venir, ce n’est pas terminé. s’exclame Kyael, connaissant les événements à venir.


Le sol se mit à trembler violemment, des fissures se forment, s’élargissant rapidement en de gigantesques crevasses. Les survivants, rodés à ces signaux de désastre, ne perdent pas une seconde. Ils se ruent vers les montagnes les plus proches, leur leader en tête, vérifiant que tout le monde suit le groupe. Mais l'équipage, fraîchement arrivé, restait figé voyant la menace : leur vaisseau allait être englouti dans les profondeurs de la terre.

- Non ! L’Erkuden ! crie Dereck, la voix brisée par le désespoir.

Estelle, les yeux écarquillés d’une détermination sans faille, réagit instantanément.

- Sia est à bord, je dois la récupérer !

Sans attendre l’approbation de son capitaine, elle se précipite vers le vaisseau chancelant.

- Mais non, revenez, c’est qu'une machine ! hurle Kyael.

Elle atteint le vaisseau, entre à l’intérieur, luttant contre le tangage de l’astronef, et parvient à la console centrales où l’intelligence artificiel était intégrée

- Transfert d’urgence, Sia. Tu viens avec moi, dit-elle d’une parole sûre et enclenchant le protocole de sauvegarde. Un petit module portatif s’illumine, indiquant que le transfert est complet.

Estelle saisit le module et sort en courant du vaisseau, juste au moment où l'Erkunden s'effondre dans la fissure, disparaissant dans les entrailles de la planète. L’équipage, le cœur battant et les poumons brûlant, rejoint le cortège des survivants qui se hâte vers la montagne.


Ils atteignirent la base de la montagne, où une ouverture sombre et invitante promettait refuge. Au loin, l'horreur se dévoilait dans toute sa splendeur grotesque : d'immenses membranes vertes et visqueuses, semblables à des langues avides, jaillissaient de la terre, palpant l'air avec une faim vorace.

tentacules géantes

Kyael, le regard lourd, se tourna vers Dereck :

- C’est la phase ultime, commença-t-il d'une voix grave. Après avoir été testés par la première planète, nous sommes confrontés à des cataclysmes climatiques incessants : pluies d’acide, tempêtes déchainées, flots de lave… Il marque une pause, scrutant les visages tendus de l’équipage. Et quand la faiblesse nous gagne, la terre gronde et la créature se réveille, emportant tout sur son passage. Mais fort heureusement, nous avons appris à survivre dans ces conditions et savons anticiper les colères de cette planète. Nous serons en sécurité dans cette caverne, pour le moment.


Dereck regarda ses compagnons et les survivants d’un regard empreint d’espoir.

- Kyal, qu'est-ce qui nous attend à l'intérieur ? Et comment pouvons-nous survivre sur une planète qui cherche à nous digérer ? demande-t-il.

- Il ne faut pas s'inquiéter, cela fait longtemps que je suis là, et j’ai pu m’adapter. J’ai créé un refuge pour toutes les personnes qui se retrouvent perdues dans cet enfer. Mais nous allons devoir passer la nuit ici, car malgré les apparences, la pénombre est parsemée de vils créatures, des émissaires de la bête. Il est sage de rester à couvert, d’attendre que la planète se régénère et de méditer sur notre prochaine manœuvre.


Sur ces mots, ils pénétrèrent dans la grotte, laissant derrière eux un monde de mystères et de dangers imminents.



À suivre…

 

Imaginé et écrit par Tink

Posts similaires

Voir tout

Kommentare


Votre Avis Compte, Laissez un Commentaire

Nous adorons lire vos réactions et vos idées. Partagez vos impressions et discutez avec la communauté dans la section commentaires !

bottom of page