top of page

Aimez ce que vous Lisez ?

Si nos histoires vous ont touché, n'hésitez pas à les aimer et à les partager. Chaque partage nous aide à faire grandir notre univers !

La Plume d'Or

Hors série

Planète - Terre 22
Date - 2019
 

Il était très tôt ce jours-là, j'avais rendez-vous avec un éditeur...


J'ai passé 6 mois à me concentrer ardemment sur mon premier roman fantastique. Une histoire qui m'est inspirée d'une longue série de rêves ; assez étrange quand j'y pense. Normalement, les rêves ne se suivent pas dans le temps et avec autant de précision. Le pire, c'est que mon ouvrage commence de la même manière que ce petit récit qui présente le premier jour où j’ai édité mon roman.


Aujourd'hui était le jour J, à la fois dans mon roman et dans ma vie. J'allais enfin présenter mon ouvrage à des personnes compétentes. J'ai pu le faire lire à mes proches ; famille et amis, et ils l’ont trouvé extraordinaire, la manière dont j'ai amené mon histoire les a émerveillés, ils étaient submergés par l'immersion de mes descriptions, émus par la profondeur de mes personnages. Bref, je vais arrêter de me lancer des fleurs, j'arrondis légèrement les angles. Néanmoins, ils ne sont pas vraiment des lecteurs, je préfère aller à la rencontre de professionnels et de lecteurs confirmés.


J'en avais pas dormi de la nuit tellement que j'étais surexcité, c’est comme si j’avais pris trop de café. Mais il y a un problème dans mon script, je n'ai pas encore terminé le dernier chapitre. Pour moi, il manque quelque chose, une certaine touche de réalité, ou dit autrement, quelque chose de vécu. Malgré cela, je me devais d'aller présenter mon livre, car le temps me manquait et j'avais besoin d'un soutien financier pour continuer. Il me restait peu de temps avant d'être expulsé de mon appartement. Mes frères et sœurs n'étaient pas dans le même pays que moi et mes parents n'étaient plus de ce monde. Je me devais d'aller voir des personnes pour me soutenir, ce qui m'est compliqué car j’ai du mal à engager le premier pas, peut-être par peur de l'échec ou par peur de réussir. Je ne sais pas trop, pourtant je suis sociable mais j'aime ma solitude.


Mon script à la main, j'étais en train de marcher dans la grande allée, où de magnifiques chênes étaient dressés depuis plusieurs décennies.

Le manoir Edikanir

J'arrivai au parc de la prestigieuse maison d'édition Edikanir, dirigée par Monsieur Gination. Je me présente au Hall de leur manoir. Face à moi, de larges portes en bois massif aux gravures mythologiques y étaient dessinées, cela me rappelle mon premier rêve que j'ai fait dans ma longue série. J'étais aussi face à une gigantesque porte mais je ne voyais rien de précis autour de moi, comme le magnifique parc aux multiples fleurs exotiques ou le lierre grimpant sur le mur extérieur de la bâtisse.

C'était plutôt une porte en marbre entourée d'une brume, avec un décor mélancolique et ténébreux en fond. Je pouvais cependant distinguer différents dessins et symboles celtiques, un peu comme ceux de la porte du manoir face à laquelle j'étais.


Perdu dans mon obnubilation des gravures et dans mon souvenir, la porte s'ouvrit devant moi, une personne se présenta : une femme de taille moyenne, aux cheveux courts et bruns, des yeux d'un vert émeraude stupéfiant.

- Qu'est ce qui vous amène jeune homme ?

- Je viens voir Monsieur Gination.dis-je d’une voix hésitante.

- Monsieur Ima n'est pas présent aujourd'hui. Je peux lui laisser un message de votre part ou vous pouvez prendre rendez-vous pour la prochaine fois.

- Ah mince ! j'étais venu pour lui présenter mon roman. Je l'ai rencontré il y a quelques mois et il m'avait dit de venir au manoir.

- Je vois, dans ce cas, vous pouvez voir cela avec son bras droit : Monsieur Jetoret. termina-t-elle d’un air malicieux.


Après cet échange, la femme m'amena au deuxième étage et me laissa dans un long couloir semi-éclairé par le soleil, les rideaux étaient à peine ouverts. J'avais l'impression de me trouver dans un lieu empli d'une tristesse ambiante, une lumière au début de l’escalier clignotait à interférence régulière, et une mystérieuse brume constante jonchant le sol me faisait penser au décor d’un rêve. Quelques instants après, j'entendis une porte s'ouvrir, grinçant d’un son strident. C'était Monsieur Jetoret : les cheveux coiffés en arrière, un regard froid et perçant, les commissures de lèvres abaissées, une peau d’une pâleur qui contraste avec ces vêtements d’un noir profond. Il me faisait penser à l’image typique d’un méchant. Lorsque j’entrai dans son bureau, une sensation de froid me parcourut. Une atmosphère sinistre régnait, dominée par une lumière tamisée. La pièce était entourée par des armoires encastrées dans les murs. Plusieurs livres et objets mystérieux, y étaient placés et rangés dans des cases protégées d’une vitre, c'était comme une collection mise à la vue de tous. Mais aucun ne m'était familier... Après tout, je ne suis pas un grand lecteur mais plutôt un imaginateur, si cela peut ce dire, enfin, un créateur. Je m'assis sur un siège légèrement inconfortable face à cet homme.

- Alors de ce que j'ai compris, tu connais Ima et il t'a dit de venir présenter ton livre, c'est ça ?

- Oui monsieur. Il y a quelques mois, j'ai commencé à écrire mon premier livre…

- Ton premier, vraiment ? Nous sommes dans une maison prestigieuse, ici. Nous attendons de nos auteurs qu'ils aient déjà fait leurs preuves., dit-il d’un ton formel.

- Je sais, mais Mr Gination a été intrigué par mon histoire, lui répondis-je, la voix faible et la tête baissée. Il s'agit d'un roman inspiré de mes rêves, c'est du fantastique. L'histoire commence lorsque je vais voir un éditeur…

- Mmm... Ok alors, laisse-moi ton script et je te rappellerai.


Sur ces mots, il m'accompagna jusqu'à la porte de son bureau et je descendis au rez-de-chaussée. En sortant du manoir, j'avais un mauvais pressentiment. Cela me rappelait, dans un de mes rêves, quand j'avais rencontré un homme similaire à Mr. Jetoret, mais il avait une apparence atypique, une langue de serpent et une peau écaillée. Et de ce que je me souviens, il m'avait piégé en publiant mon roman sous un autre nom d'auteur. Je devais trouver Mr Gination avant qu'il y arrive quelque chose de néfaste, or je n’avais aucune information ou coordonnée…


Quelques jours plus tard, je me trouvais au marché à aider un maraîcher pour essayer de me faire quelque sous. Alors que je sortais les cagettes de légumes du camion, une voix d’homme m’interpella ; c’était Mr Gination, une baguette à la main :

- Bonjour ! Comment vas-tu, mon cher Eliot ?

- Très bien, merci. J'aimerais savoir, monsieur, vous avez reçu mon script ?

- Pour commencer tu peux m’appeler Ima. Pas besoin de formalités entre nous. Et pour ton script, non, je ne l'ai pas reçu !

- Oh non ! j'avais un mauvais pressentiment en sortant du manoir. J'ai donné mon script à votre bras droit.

- Ah ! Tu aurais dû m'attendre. Es-tu disponible maintenant ?

- Et bien… il faut que je finisse d'aider le maraîcher.

- D'accord, prends mon numéro et appelle-moi une fois que tu as terminé, conclut Ima, d’un air angoissé mais contrôlé.


Une heure après mon travail, je retrouvai Ima à son manoir. Et curieusement, ce n'est pas une femme qui m'ouvrit, mais un homme ayant la même apparence que la femme.

- Vous êtes là pour le rendez-vous avec Mr Gination, je suppose ! Suivez-moi.


Il m'amena au deuxième étage où l'ambiance était toute autre. Le couloir était illuminé d'une douce chaleur et les rideaux grand ouverts. Après quelques instants, la porte s'ouvrit sur un son mélodieux, révélant le même bureau que celui de Mr Jetoret, mais transformé.


Mr Ima était face à moi, il me fit entrer dans son bureau au plafond galactique, en plongeant mon regard dedans j'avais l'impression d'être perdu dans un rêve. Ces murs étaient une grande bibliothèque remplis de livres et d'objets intrigants. Je m'assois et Mr. Ima me dit :

- La dernière fois que tu es venu, c'était dans le même bureau aux teintes plus blafardes, n'est ce pas ?

- Oui, absolument. Mais c'est votre bras droit que j'ai rencontré ? dis-je confus.

- Malheureusement non, je n'ai pas de bras droit. En tout cas, ceux qui travaillent pour moi ne vivent pas dans le manoir. C'est bien trop risqué !

- Risqué ?

- Oui, quand j'étais plus jeune, j'ai fait des choses pour atteindre une telle notoriété que je regrette aujourd'hui. Et je m'efforce de réparer ces idioties. J'ai fait un pacte avec une créature, qui au premier abord semblait bienveillante, mais qui à force c'est transformer en un dévoreur de réussite.

- C'est-à-dire ?

- Tu as rencontré mon opposé, il existe uniquement pour défaire ce qui à était créé. À cause de lui, j'ai raté beaucoup d'opportunités de chef-d'œuvre en qui je croyais. Ce pacte a pu me donner une notoriété en tant qu’éditeur et écrivain et bien plus ; j’ai reçu un don : je suis capable de déceler les prochains best-sellers et les plumes d’or.

- Mais... cela veut dire que je ne pourrais pas publier mon roman ? Et puis, vous m'avez identifié comme une plume d’or - un titre d’écrivain des plus mémorables, or ce n’est qu’une légende.

- C’est peut-être une légende, mais elle est réelle, tu es un de ces rares auteurs qui sont capables de donner vie à leurs créations et leurs idées. Et non, malheureusement ton roman est perdu comme tous les livres que tu as pu voir sur les étagères de Mr Jetoret. Sauf si… non laisse tomber, cela m’étonnerai.

- Dites-moi ?

- Tu as terminé ton roman ?

- Non, il me manque le dernier chapitre, j’ai oublié d’en parler à Mr… du moins, à la créature .

- Alors nous avons peut-être une chance de le sauver, nous devons emprunter un chemin risqué. Nous allons devoir aller à la rencontre de Mr Jetoret dans le manoir parallèle. Quand je ne suis pas présent, le manoir change de réalité et c'est la version de Jetoret qui en prend possession. Néanmoins, on peut y accéder par un de mes livres-artéfacts. Va sur la troisième étagère à droite de l’entrée, et cherche le livre : Sunaj : Les Arcane de la Porte des Autres Mondes, Chapitre 179 : Les Mondes Onirinchecs.


Pendant que je récupérais le livre, Mr. Ima ouvrit une armoire à l’intérieur de laquelle il y avait un miroir. Il alluma cinq bougies : une violette, une blanche, une verte, une rouge et une bleue, qu’il positionna en pentacle sur un présentoir. Je lui apportai le livre à la reliure noir et au titre brodé en blanc sur une couverture d’un profond crépuscule. Il le prit de sa main gauche et récita un mantra :


"Oraculum somnii, janua inferna, (Oracle du rêve, porte de l'enfer,)

Per quinque lucernas, mundum revela. (Par cinq lanternes, révèle le monde.)

Violeta, alba, viridis, rubra, caerulea, (Violette, blanche, verte, rouge, bleue,)

Clavis aeterna, portae caelestia! (Clé éternelle, portes célestes !)


Sussurri ventorum, flammae susurrae, (Murmures du vent, chuchotements des flammes,)

Sunaj Arcanum, aperi hanc portam. (Arcanes de Sunaj, ouvre cette porte.)

Spiritus mundi, voco te nunc, (Esprit du monde, je t'appelle maintenant,)

Aperire, revelare, ad nexus mundorum!" (Ouvre-toi, révèle-toi, au carrefour des mondes !")


Pendant qu’il récitait son incantation, des motifs lumineux apparurent dans toute la salle, et des symboles flottaient au gré des intonations d’Ima. Le murmure des mots anciens se mêlait à un bourdonnement croissant, tandis la pièce toute entière se mettait à trembler, se plongeant petit à petit dans une pénombre désagréable. Le tissu même de la réalité semblait se déformer, les murs étaient comme transpirant de haine. Un vent froid se leva de nulle part, faisant vaciller les flammes des bougies, alors que l'air se chargeait d'une odeur métallique, presque électrique.

Lorsque le tremblement cessa, une lourdeur oppressante enveloppa la pièce. Les murs autrefois chaleureux étaient maintenant ternes et froids, couverts de peintures déformées qui semblaient nous observer avec malveillance. Une brume rampante s'insinuait sur le sol, et les ombres s'allongeaient de manière anormale.


On était arrivé dans la version du manoir de Mr Jetoret. Et non loin du bureau principal, mon script était posé sur une petite commode. M’approchant de mon livre, Mr. Ima me poussa à l’opposé de la pièce, s’écriant : Attention, c’est un piège !

En un instant, un flash d’une lumière noir écarlate figea l’éditeur, me laissant face à une incompréhension : il était immobile.

La scène d'affrontement entre Mr. Gination et Mr Jetoret

Face à lui, Mr. Jetoret se tenait derrière son bureau, son regard injecté de sang fixé sur nous avec une arrogance glaciale.

Ses mains tremblaient légèrement d'anticipation alors qu'il approchait du livre. Son sourire tordu trahissait une jubilation malveillante. Dans un geste brusque, il ouvrit la case vitrée et y déposa le livre. Mais au moment où ses doigts effleuraient la surface vitrée pour la refermer, une lumière aveuglante jaillit de la case. Un cri étouffé s'échappa de ses lèvres alors qu'il était projeté en arrière, renversant une étagère dans son sillage. La pièce fut soudainement baignée d'une lumière pure, dissipant les ombres menaçantes.


Tandis que Mr. Jetoret gisait au sol s'évaporant lentement et vaincu par sa propre avidité, Mr. Ima, reprenant ses esprits, se précipita vers le livre.

- C'est parce que ton histoire n'est pas encore terminée, il ne peut prendre ce qui n'est pas complet. C'est ta création, ta plume d'or, et elle t'appartient encore.


Il reprit le manuscrit Sunaj et récita une nouvelle incantation :

"Reditus ad verum, claudite portam ! ("Retour au réel, fermez la porte !)

Ex somnio, in realitatem!" (Du rêve, à la réalité !")


Les bougies s'éteignaient une à une, et les symboles lumineux commençaient à s'estomper.


J’ouvris les yeux, allongé sur le dos, le soleil caressant mon visage. Je me réveillais d’une longue nuit mouvementée, remplie de sensations oniriques et magiques. La fin de mon roman était là, claire dans mon esprit. Alors que j'écrivais les derniers mots, un sentiment de plénitude m'envahit. Mon voyage à travers les rêves avait pris fin, mais une nouvelle aventure commençait, celle d'un écrivain avec son premier roman achevé.

Allais-je avoir de nouvelle inspiration me provenant des mondes oniriques ? Mr. Gination réussira t-il à vaincre son démon ? Quelles responsabilités j'aurais en tant que Plume d'or ? Ce que j'ai vécu, était-ce uniquement dans mon rêve ou était-ce la réalité ?



Fin.

 

Imaginé et écrit par Tink

Posts similaires

Voir tout

Inhumain

Comments


Votre Avis Compte, Laissez un Commentaire

Nous adorons lire vos réactions et vos idées. Partagez vos impressions et discutez avec la communauté dans la section commentaires !

bottom of page